ile st denis.libre

05 mars 2017

Les retraites restent le sujet brûlant de 2017

Les retraites restent le sujet brûlant de 2017

Posté par sonolor à 09:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 mars 2017

Nuit de l eau a Saint Ouen

Samedi 18 Mars de 18h à 23hAucun texte alternatif disponible.

Posté par sonolor à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2017

Le collectif cantine de L'Île st Denis

Le collectif cantine a demandé à prendre le parole au conseil municipal de ce 22 février. Voici le texte qui a été distribué aux personnes présentes lors de cette séance du conseil municipal.

cantine

Posté par sonolor à 16:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2017

L’Ile-Saint-Denis-Aubervilliers : rififi autour des bureaux de vote de la primaire

L’Ile-Saint-Denis-Aubervilliers : rififi autour des bureaux de vote de la primaire


Pour William Delannoy, maire de Saint-Ouen et président du bailleur Semiso, « c’est au maire de l’Ile-Saint-Denis de fournir une salle au PS pour la primaire ». LP/F. Ni.

Les socialistes de Ile-Saint-Denis dépouillés de leur salle de vote pour l’organisation de « la primaire citoyenne de la Belle Alliance » ? Dimanche pour le premier tour de la primaire, le PS local ne pourra plus compter sur la salle Marcel-Paul. La Semiso, la société d’économie mixte de Saint-Ouen, propriétaire du bâtiment, est revenue sur son accord. Christophe Rosé, le secrétaire de la section locale du PS, avait reçu un feu vert mercredi, donné par un chargé de mission du service cadre de vie. Un peu vite semble-t-il. Dans un nouveau courrier, signé cette fois du directeur de la Semiso, on lui indique ce jeudi : « Dans le cadre de la gestion des risques, nous devons malheureusement annuler la mise à disposition de cette salle. »

Son président, William Delannoy, le maire UDI de Saint-Ouen, est encore plus explicite : « Nous n’avons jamais autorisé un parti politique à utiliser une salle appartenant à un bailleur social. C’est au maire de l’Ile-Saint-Denis d’apporter une réponse dans le cadre des primaires politiques. »

Christophe Rosé ne dispose plus que d’un seul lieu pour le scrutin, la salle Joliot-Curie. « S’il le faut nous tiendrons le bureau de vote dehors », avertit le chef des socialistes de l’Ile-Saint-Denis.

 

Posté par sonolor à 07:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2017

Saqué par le Parti de Gauche pour avoir bu l’apéro

Saqué par le Parti de Gauche pour avoir bu l’apéro avec un UMP

Ce mardi, France Bleu Périgord rapporte une histoire assez dingue. A Périgueux (Dordogne), le Parti de Gauche a lâché Maurice Melliet – choisi par les militants locaux pour conduire la liste du parti aux prochaines municipales – parce qu’il a bu du whisky avec un ami...de droite. Joint au téléphone, ce dernier explique :

« C’est comique ! Vous savez, ça me passe au-dessus de la tête. »

« Nous sommes en face de gens sectaires »

Tout commence samedi dernier, à la mi-journée. Maurice Melliet, 69 ans, finit de tracter sur le marché avec sa colistière. Sur le chemin, il passe devant la permanence du candidat dissident UMP, où des amis l’invitent à boire l’apéro. Parmi eux, Yves Guéna, 91 ans, ancien maire UMP de la ville, qu’il connaît depuis trente ans : 

Maurice Melliet
Maurice Melliet - Capture d’écran du site de France Bleu Périgord

« Ce n’est pas l’étiquette qui m’intéresse, mais l’homme, celui qui a été compagnon du général De Gaulle et qui est l’un des rares survivants de cette mouvance de la Libération. On n’a pas les mêmes idées politiques, mais on a les mêmes valeurs. »

Ce mardi matin, son téléphone sonne. Plusieurs personnes, dont des journalistes, lui annoncent qu’un communiqué a été envoyé par le parti à la presse locale. Il a été vu avec Yves Guéna et dénoncé au bureau parisien. Sa candidature, pas encore validée par les instances nationales, a été rejetée. Un peu comme s’il était un traître. Il raconte :

« De ce que nous avons pu entendre avec ma colistière, Jean-Luc Mélenchon a piqué une colère parce qu’il n’était pas au courant. [...] Nous sommes en face de gens sectaires. »

« Est-ce qu’on a le droit à des amis de droite ? »

Interrogée par nos confrères, Martine Billard, coprésidente du Parti de Gauche, justifie :

Des bouteilles de whisky
Des bouteilles de whisky - MCT/SIPAUSA/SIPA

« [Il] a les amitiés qu’il souhaite, ça nous regarde pas, mais quand on postule à être candidat d’une liste au nom du Parti de gauche, il y a des gestes politiques qui sont importants.

Vous savez qu’aujourd’hui, la population, les électeurs, sont beaucoup dans une attitude qui consiste à dire “oh, les partis”, c’est tous la même chose, ils sont de connivence. Donc à partir de là, pour nous, il est très important que les actes et les discours soient en cohérence [...]. »

Maurice Melliet jure en avoir vu d’autres. Et ne pas être rancunier. Si le parti revient vers lui, s’explique et lui présente des excuses, ce sera sans doute oublié. Il conclut :

« Est-ce qu’on a le droit, quand on est à gauche, d’avoir des amis à droite et vice-versa ? »

Posté par sonolor à 20:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


500.000 euro

abries

 

Posté par sonolor à 20:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2017

La vraie primaire de la vraie gauche c'est le Dimanche 23 Avril 2017

La vraie primaire de la vraie gauche c'est le Dimanche 23 Avril 2017

 

Les Solial-traitres et les mass-medias se foutent de notre tronche . Ce n'est pas la primaire de la gauche, mais la primaire des traîtres de la gauche et des amis du patronat .A Gauche il y'a :

Philippe Poutou, le candidat NPA «trois jours en campagne et deux jours à l'usine»

Candidat anti système

Nathalie Arthaud

Faire entendre le camp des travailleurs Lutte ouvrière

 

Jean-Luc Melanchon Je vous impopose ma candidature pour l’élection présidentielle de 2017. Cette élection peut être une chance pour notre peuple. Parti de Gauche/ les insoumis /Militant socialiste mitterrandiste

ile st denis libre pcf

 

 

Posté par sonolor à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2017

L'Île-Saint-Denis Insoumise

L'Île-Saint-Denis Insoumise

Mairie
1 rue Mechin
L'ile Saint Denis 93450
France
Carte et itinéraires
CONTACT
Manuel Lubet AMADO · manulubet@gmail.com · 0603060895
Si vous êtes initiat.eur.rice de ce groupe d'appui, connectez-vous pour contacter les participant.e.s.
4 PARTICIPANT.E.S
   
A mon avis y'a erreur dans l'adresse!

Posté par sonolor à 21:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

COMMENT JEAN-LUC MÉLENCHON EST DEVENU UNE SUPERSTAR

COMMENT JEAN-LUC MÉLENCHON EST DEVENU UNE SUPERSTAR DE YOUTUBE

BONNE RENTRÉE - Jean-Luc Mélenchon a fait sensation en devenant le premier politique français de YouTube en parvenant à réunir, sur sa chaîne, plus de 150.000 abonnés. La plate-forme vidéo est en effet devenue un rouage incontournable de la communication du candidat de "La France Insoumise", qui a su en comprendre les codes. Un début d'année qui sourit au député, à quatre mois du scrutin.

Jean-Luc Mélenchon a tout bon. Non seulement le député européen est en passe de réunir les 500 signatures nécessaires pour officialiser sa candidature à la présidentielle, mais il jouit ces derniers temps d’une popularité indéniable. La raison ? Une campagne qui, pour l’heure, prend des allures de sans-faute. Que cela soit sur le terrain, sur les réseaux sociaux ou dans les intentions de vote, force est de constater que Jean-Luc Mélenchon a pris de l’ampleur depuis 2012. Et son utilisation pertinente des réseaux sociaux – et surtout de YouTube – n’y est pas pour rien.

150.000 abonnés

Pour preuve, il n’est autre que le premier youtubeur politique de France, cumulant plus de 150.000 abonnés sur sa chaîne "Place au peuple"… alors qu’il n’en comptait que 30.000 en octobre ! C’est plus que Donald Trump (104.000), plus qu’Hillary Clinton (134.000), et en moyenne dix fois plus que ses concurrents. Preuve de cette popularité numérique, en décembre dernier, Jean-Luc Mélenchon a par exemple engrangé quatre fois plus d’abonnés que la célèbre youtubeuse EnjoyPhoenix.  

 

Dans ses émissions publiées en ligne, le député s’adresse particulièrement aux jeunes et ce n’est pas un hasard. Il s’agit de la catégorie de la population qui vote le moins… et qui représente donc la plus grosse réserve de voix. Une approche qui n’est pas sans rappeler celle de Bernie Sanders, candidat malheureux des primaires démocrates outre-Atlantique, très prisé de la jeunesse. 

La "méthode Sanders"

Et l’analogie ne s’arrête pas là. Pour l’aider à occuper le terrain sur Internet et pour conquérir les plus jeunes, les équipes du député européen sont allées jusqu’à rencontrer celles de Bernie Sanders. Une rencontre qui a visiblement porté ses fruits puisque la méthode "Sanders" n’a pas tardé à être appliquée par le candidat. Pour preuve : leurs sites Internet se ressemblent, la charte est presque la même, et les techniques pour s’adresser aux internautes se répondent elles aussi. Mais si Jean-Luc Mélenchon n’est pas le seul politique – loin s’en faut – à utiliser Internet, il est probablement celui qui en comprend le mieux les codes : à l’instar des autres célèbres youtubeurs, le candidat ne manque jamais de remercier ses abonnés à chaque nouveau pallier de fidèles franchis, à les inviter à s’abonner à sa page ou encore en teasant ses prochaines interventions. 

 

L’homme, qui n’était pas franchement connu pour sa communication jusqu’ici, s’est ainsi mué avec succès en homme du net. Ses vœux pour l’année 2017 sont d’ailleurs retransmis en direct via streaming. Si le fond n’a pas évolué, la forme, elle, n’a donc plus rien à voir… et ça marche. De quoi aborder sereinement les quatre mois de campagne qui arrivent avant l’échéance du premier tour pour, peut-être, créer la surprise dans les urnes… 

Posté par sonolor à 09:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janvier 2017

Sniff !! La comparaison est édifiante.

 

Sniff !!

La comparaison est édifiante.

Mi-août, l'ancien leader de la CGT, Georges Séguy mourrait. Quelques quatre mois plus tard, François Chérèque, l'ex-secrétaire de la CFDT décédait. Pour le 1er, quelques lignes au plus dans la presse, quelques secondes dans les journaux télévisés (12 secondes dans le 20h de France 2), le silence des politiques. Pour le second des tombereaux d'éloges, des Echos au Figaro, en passant par le Point, Libération, Capital, LCI, l'ensemble des médias des milliardaires.

« Syndicaliste courageux » pleurniche Le Figaro ; « Ce modéré qui a révolutionné le syndicalisme » braille Le Point ; « La mort d'un réformiste impatient » gémit Les Echos ; « Il était attentif aux autres et d'une fidélité incroyable » couine Libération ; « Entre douceur et impétuosité » sanglote Europe 1.

Les politiques ne sont pas en reste, des socialistes à la droite en passant par Les Verts et les lamentations du candidat à la Présidentielle Yannick Jadot : « Triste disparition de François Chérèque, infatigable militant d'une protection sociale adaptée aux enjeux du 21ème siècle ».

Le pompon de la vilenie revient à Laurent Joffrin, le patron de Libération : « Il laisse ainsi un message à méditer : ce n’est pas en campant sur les postures les plus à gauche qu’on sert le mieux les intérêts des plus pauvres. »

Celui du baiser qui tue est attribuée à Laurence Parisot au micro d'Europe 1 : « J'ai le sentiment de perdre un ami. C'était pas simplement un grand syndicaliste, C'était quelqu'un tellement soucieux de l'intérêt général, tellement volontaire dans son désir de construire un modèle économique et social durable pour notre pays, que je considère que c'est un homme d'Etat que la France vient de perdre ». Quel plus grand hommage pour un syndicaliste que celui de l'ancienne patronne des patronnes !!

« François Chérèque, syndicaliste courageux » s'émeut l'éditorialiste du Figaro, Marc Landré. Il est vrai que trahir les salariés comme il a fait en 2003 en signant la réforme des retraites de Chirac, Raffarin et Fillon, vaut pour ces médias-là beaucoup plus que d'être rentré en résistance à 15 ans, déporté un an à Mauthausen et mené à la victoires des millions de travailleurs en 1968 !!

Allez Georges, il y a encore bien des coups de pied au cul à distribuer pour 2017. Et des poings à lever !

Gilles Balbastre, réalisateur et l'équipe de Nada-info

Posté par sonolor à 21:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]